Menacés, les vers de terre jouent pourtant un rôle indispensable pour l'aération et le travail du sol ainsi que la dynamique des nutriments

Agronome et auteur de plusieurs ouvrages, Christophe Gatineau alerte sur leur possible disparition et plaide pour leur sauvegarde

sauver_le_lombric

Colonne vertébrale des sols vivants, première biomasse animale terrestre, le ver de terre est l'auxiliaire le plus précieux pour une agriculture durable. Il est le principal acteur de la bonne santé des sols. Pourtant aujourd'hui il est menacé par l'agriculture industrielle, le labour et les épandages de produits phytosanitaires.

L'avenir des sols repose pourtant sur ces infatigables laboureurs qui les rajeunissent en permanence, les oxygènent, les fertilisent... Aucune technologie ou petite bête ne peut remplacer le travail de ces animaux.

Mais voilà, depuis 50 ans, les populations s'effondrent au point d'être passées dans certaines régions françaises de grandes cultures, de 2 à 4 tonnes de poids vifs à 50 kg ! Et l'effondrement continue, accentué par l'industrialisation de l'agriculture.

Les sols disparaissent avec les vers de terre sous les effets de l'érosion, une érosion amplifiée par l'absence de vers de  terre... Est-il besoin de rappeler que 95 % de notre alimentation dépend des sols !

Résultat de recherche d'images pour "éloge du ver de terre"

Il est donc urgent de sensibiliser les agriculteurs, les futurs agriculteurs et les jardiniers sur l'intérêt agronomique et économique du ver de terre.

Agronome et auteur de plusieurs ouvrages, dont "Eloge du ver de terre" (Flammarion, 2018), Christophe Gatineau plaide pour que leur soit accordé un statut juridique particulier avant qu'ils ne disparaissent définitivement.

Il a écrit en ce sens une lettre à Emmanuel Macron. Il lui redit qu'il y a urgence, que le temps presse, que les vers de terre disparaissent, et avec eux, les sols nourriciers.

A l'image du cycle de l'eau, c'est un cercle vertueux, un échange de bons procédés où chacun nourrit l'autre. Raison pour laquelle le ver de terre a toujours été le partenaire ancestral de l'agriculteur, son abondance signant la fertilité et la bonne santé des sols. Et plus une terre est fertile, plus elle est productive, plus notre nourriture est saine et riche.

Dessin Marko

Le célèbre astrophysicien, Hubert Reeves, déclarait le 3 mai 2018 sur le plateau de France 2 : "La disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces."

Il y a donc urgence à sauver les sols, mais pour les sauver, il faut commencer par sauver le ver de terre. Il est le moteur de la transition écologique et solidaire, car, sans lui, sans eux, pas de sols nourriciers, pas de nourriture, pas de transition.

Si vous souhaitez lire l'intégralité du plaidoyer de Christophe Gatineau envoyé à Emmanuel Macron c'est ici. Et pour en savoir plus sur cet incroyable animal qu'est le ver de terre c'est ici.