Avec les températures printanières actuelles les pollens sont déjà de retour et par conséquent les allergies aussi...

La situation est déjà jugée à risque dans une trentaine de départements par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA)

Pas de doutes, les pollens sont bien présents actuellement sur toute la France et sont même en avance. En cause, des températures dignes d'un mois de mai voire localement d'un début d'été. Une mauvaise nouvelle pour les 20% d'enfants et les 30% d'adultes habituellement touchés chaque année qui voient l'arrivée précoce de leurs symptômes surtout s'ils résident dans le sud de la France.

 - Aucun(e)

Selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), les concentrations de pollens de cyprès explosent autour de la Méditerranée avec un risque d'allergie qui restera à son niveau maximum de 5/5". Onze départements du Sud sont ainsi dans le rouge.

Dans le Sud-Ouest le risque est de niveau élevé pour les pollens de cyprès, moyen pour les pollens d'aulne et de noisetier et faible pour les pollens de graminées et de peuplier.

Sur le reste de la France ce sont essentiellement les pollens de noisetier et d'aulne qui sont responsables d'un risque d'allergie variant entre le niveau moyen et localement le niveau élevé pour certains départements du Sud-Ouest et du Centre-Est.

 - Aucun(e)

La pollution atmosphérique n'arrange rien et peut même exacerber les symptômes d'allergie aux pollens en fragilisant notamment les voies respiratoires lors des épisodes de pollution. Les allergiques doivent impérativement suivre leur traitement ou consulter leur médecin en cas de symptômes.

À noter aussi que les températures douces de ce début d'année ont déjà permis à quelques graminées de se développer sur le Sud-Ouest avec un risque de niveau faible.